Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 10:28

par René Commère.

      A la demande d'un adhérent du CILAC travaillant sur les manuscrits de Zola déposés à la Bibliothèque nationale, j'ai recherché aux  Archives départementales de la Loire si le séjour d'Emile Zola au château Dorian de Fraisses et ses visites aux ateliers de l'usine Holtzer d'Unieux, du 1er au 3 février 1900, avaient eu un écho dans la presse locale. 
     
Pourquoi cette visite ?
     Je rappelle au préalable que cette visite avait été sollicitée par l'écrivain auprès de famille Ménard-Dorian pour se documenter en vue de son roman "TRAVAIL", paru en mai 1901 ( réédité en 1993 par L'Harmattan dans la collection : "les Introuvables").  Ce roman était le second des trois ouvrages de la série "Les trois Evangiles" qu'il avait entrepris pendant qu'il s'était exilé en Angleterre  pour échapper à sa condamnation à la suite du "J'accuse" paru dans l'Aurore  le 14 janvier 1898.

La grande notoriété de Zola en 1900
     Ajoutée à sa réputation déjà faite d'écrivain, cette implication dans l'affaire Dreyfus et son récent retour d'exil après qu'ait été cassé le jugement contre l'officier ne pouvaient manquer de lui conférer une certaine célébrité dans les "médias" de l'époque.
     En conséquence, on peut s'attendre à ce que la presse stéphanoise, à la fois écho de la vie locale et riche en informations de niveau national, n'ait pas laissé passer un "scoop" tel qu'une visite de l'écrivain doublement célèbre, parce que  scandaleusement immoral pour les uns, mais pour les autres un peintre remaquable des réalités sociales et devenu, avec l'affaire Dreyfus, le courageux défenseur d'un bagnard injustement condamné.

Le silence de la presse locale
     Vérification faite en consultant les journaux de la dernière semaine de janvier et de la première quinzaine de février 1900 : il n'en a rien été. Aucun écho. Je n'ai certes consulté attentivement que "Le Mémorial", quotidien de droite et résolument anti-Dreyfysard, et la "Loire Républicaine", son opposé, ainsi que l'hebdomadaire "L'Echo des quartiers", constatant assez rapidement que les journaux s'informant les uns les autres, je pense que si l'un d'eux avait eu connaissance de la visite, elle aurait fait au moins l'objet d'un entrefilet auquel d'autres auraient fait écho.
     Aucune trace, donc, du séjour de Zola. Et pourtant les chroniques locales (comptes-rendus d'accidents même mineurs dans les industries ou  sur les chaussées, commentaires de conférences, ou de larcins etc...) sont assez détaillées et couvrent les différents arrondissements du département.

Elle a pourtant publié des articles sur Zola quelques jours avant   
Par contre, les numéros des 24 et 25 janvier et du 1er février du Mémorial exposent assez largement dans les colonnes d'informations générales l'affaire Judet-Zola ; dans les premiers, il est rendu compte des résultats de l'enquête publiée dans l'Aurore par Zola sur son père, outrageusement calomnié par M. Judet pendant l'affaire Dreyfus, et du fait que l'auteur y annonce son intention de consacrer un livre à François Zola. ; le n° du 1er février rend compte des conclusions du procès correctionnel, en principe  favorables à Zola (les dénonciations sont "calomnieuses"), tout de même condamné à verser à M. Judet des dommages-intérêts, sur quoi Zola fera appel.
La Loire Républicaine du 21 janvier rend aussi compte des attaques de Judet contre Zola et son père dans Le Petit Journal, et conclut :" Toute cette guerre d'insinuations et de petits papiers est bien écoeurante".

Donc, si ces journaux avaient été informés de la visite de Zola, après en avoir parlé deux fois les semaines précédentes, je pense qu'ils n'auraient pas laissé passer la nouvelle. Il est probable que Zola a voulu venir et ses hôtes le recevoir  incognito.

Quelques repères chronologiques :

14 janvier 1898 : " J'accuse", dans l'Aurore.
23 février 1898 : Zola condamné pour diffamation
2 avril 1898 : condamnation annulée pour vice de forme
9 juillet : nouvelle condamnation (15 jours de prison avec sursis et amende)
1er août : Zola s'installe en Angleterre
3 juin 1899 : la Cour de cassation annule le jugement de 1894 contre Dreyfus
5 juin 1899 : retour de Zola en France
19 septembre 1899 : Dreyfus grâcié
5 octobre 1902 : funérailles de Zola. Discours d'Anatole France : "Envions-le, sa destinée et son coeur lui firent le sort le plus grand ; il fut un moment de la conscience humaine"
12 juillet 1906 : la Cour de cassation annule tous les jugements sur Dreyfus et reconnaît que ses condamnations ont été prononcées à tort
13 juillet 1906 : Dreyfus est réintégré dans l'armée
21 juillet 1906 : Dreyfus chevalier de la Légion d'Honneur

4 juin 1908  : les cendres de Zola sont transférées au Panthéon. Mais les passions ne sont pas éteintes : le journaliste Grégori tire deux balles sur Alfred Dreyfyus, qui est blessé au bras.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Patrimoines en Région stéphanoise
  • Patrimoines en Région stéphanoise
  • : Blog dédié à des articles et informations sur les patrimoines de Saint-Etienne et environs (Loire), particulièrement le val d'Ondaine autour de Firminy.
  • Contact

Recherche

Liens